dimanche 1 mars 2015

essais rapatriement articles

 
 
QUELQUES OISEAUX TYPIQUEMENT FORESTIERS  DE LA FORÊT DE FONTAINEBLEAU
 
 
 
Bien représentés en forêt de Fontainebleau, les pics sont des oiseaux typiquement forestiers, inféodés aux arbres et morphologiquement adaptés à ceux -ci.

Leurs pattes généralement  courtes possèdent deux doigts dirigés vers l'avant et deux vers l'arrière.
Des griffes arquées et acérées, leur permettent d'escalader les arbres, et de se déplacer le long des branches quel que soit leur inclinaison.

Leurs becs se distinguent de ceux des autres oiseaux par une solide armature, et des arêtes bien visibles. C'est une remarquable boîte à outils, contenant toutes sortes de ciseaux à bois  permettant de s'attaquer aux essences les plus dures comme aux bois les plus pourris. Le pic peu travailler en force, ou en douceur.

Caractéristique de l'espèce, la langue toujours longue peut être poussée loin du bec grâce à un muscle  prenant naissance  pratiquement entre les yeux et faisant le tour du crâne par l'arrière. Le Pic-noir , le Pic épeiche et le Pic épeichette ont une langue pointue, garnie de crochets.

En règle générale général les pics mènent une vie solitaire et ne tolèrent que très rarement la concurrence d'autres individus (de leur espèce) sur leur territoire, même si les couples pour certaines espèces sont "fidèles" toute leur vie. Pour illustrer leur intolérance, il suffit d'observer de jeunes pics chassés par leurs parents, dès qu'ils peuvent voler.


Pour défendre ces territoires les pics usent de divers cris retentissants et caractéristiques.
Parmi les autres démonstrations sonores le tambourinage  pratiqué dès janvier et jusqu'en juin  doit probablement  être un moyen de liaison ou d'avertissement pratiqué à l'encontre des semblables.
 
La nidification se fait dans une loge que le mâle et la femelle auront pris soin de creuser.
Suivant les espèces les dimensions de la loge et du trou d’envol y donnant accès sont différents.

Depuis la nuit des temps les pics sont détruits ou pourchassés par leur ennemi héréditaire, l’Homme.
Accusé à tort de détruire ou de gâter les arbres.
 
Voici quelques photographies des pics que vous aurez peut-être l'occasion d'observer à Fontainebleau.

Le Pic noir Dryocopus martius le plus gros de tous, il a approximativement la taille d'une corneille.
 


Pics_foret_fontainebleau (2)


Le Pic vert Picus viridis, le roi de la pelouse (ci-dessous un juvénile).




Pics_foret_fontainebleau (3)
 
Le Pic cendré Picus canus un oiseau devenu très rare en forêt de Fontainebleau.
 


Pics_foret_fontainebleau
 
Le Pic épeiche Dendrocopos major est le plus commun, facilement observable en forêt, dans les vergers et dans les parcs urbains.
 


Pics_foret_fontainebleau (1)


Et son homologue le Pic épeichette Dendrocopos minor spécialiste des petites branches en effet il n’est pratiquement pas plus gros qu’un moineau domestique.
 


Pics_foret_fontainebleau (4)


À suivre ...
 



1 commentaire:

vieux matou a dit…

Pour la forme c'est pareil avec ceux d'ici bien sûr, pour le plumage, c'est autre chose. C'est bien la diversité.
Le Grand pic d'Amérique du nord a le dessous des ailes blanche du moins la partie proche du corps, j'ai vu ça cet après-midi.
JP.

Mon Album 2017 045. Le Tarier pâtre.

Tarier pâtre ou Traquet pâtre  Saxicola rubicola le roi des perchoirs Cet oiseau aime se montrer, à la différence des autres qui aimen...