vendredi 17 juin 2016

Brouteurs de houx. Les cervidés sont de véritables jardiniers. 2016 050

Une forêt hébergeant de grands herbivores se reconnait aisément.

 

Les animaux comme les hommes cherchent la facilité. C'est pour cette raison que les petits arbres et les arbustes sont (souvent) choisis par les herbivores pour apaiser leur faim !
Ce ne sont pas les marchands de planches, (les forestiers) qui me démentiront. Si la densité d'herbivores (faute de prédateurs) reste supportable pour le milieu, tout se passe bien, dans le cas contraire, les marchands de planches réagissent violemment (chasse) ou interdisent purement et simplement l'accès à la forêt en posant clôture, grillage et autres protections. La solution choisie de toute façon cherche à éliminer les herbivores en les détruisant ou en les affamant.


Fontainebleau n'échappe pas aux règles imposées par la filière bois. Des animaux oui, un peu oui, mais pas trop. Promettez-nous, également, de détruire (vendre) les excédents d'effectif durant les périodes de chasse sinon !
Il existe des forêts où le sous-bois et le couvert forestier peuvent supporter sans problème une population importante d'herbivores. Les forêts jardinées proches d'un état naturel font partie de ces milieux propices.



Ce n'est pas le cas des forêts de France (la plus grande partie) gérées de façon industrielle où le sous-bois est pratiquement absent, les arbres sont d'âges identiques, il n'y a pratiquement rien à se mettre sous la dent. Fontainebleau fait partie de ce genre de forêt (mis à part quelques hectares consacrés aux réserves biologiques).



A Fontainebleau les animaux sont stressés, s'ils ne le sont pas comme ils peuvent l'être à Rambouillet par exemple, ils ont un comportement différents de ceux qui peuvent être observés dans de grandes forêts calmes, non clôturées, où la nourriture est abondante. Les observations, que peut effectuer un naturaliste à Fontainebleau, ne peuvent pas être, pour une grande partie, transposées à un autre massif forestier. Certains secteurs de la forêt de Fontainebleau sont pauvres en cervidés tandis que d'autres présentent des densités intéressantes pour le photographe. Il n'est pas nécessaire de voir les animaux, des reconnaissances effectuées à intervalles réguliers suffisent pour se faire une idée juste du nombre d'animaux fréquentant les lieux.

C'est justement dans un de ces secteurs "riches" que ces observations ont été réalisées.

Un cas intéressant d'abroutissement sur des Houx (Ilex aquifolium)

Tout le monde connaît le houx pour son utilisation faite durant la fête de Noël, chacun s'accorde à reconnaître que ses feuilles sont coriaces et piquantes. Comment avec de telles caractéristiques peuvent-elles être consommées par les cervidés ?

Les houx, c'est irréfutable, sont bien taillés par les herbivores, sinon comment expliquer ces topiaires 




 

Quel est donc le secret ?


Testons si vous le voulez bien la solidité des épines des feuilles du houx ...


Effectivement à part des chèvres ou des dromadaires (?) je ne vois pas quel animal pourrait ingurgiter ces végétaux.
il doit y avoir un truc !
Prenons de jeunes pousses et recommençons le test ...


Les jeunes feuilles sont tendres, les épines sont absolument inoffensives.
On peut les froisser sans risque dans les mains


Voilà donc le truc !

Comment expliquer ces traces de dents sur ces feuilles coriaces (ellipse verte ci-dessous)


Tentative d'explication : coupée alors qu'elle est tendre, la feuille continue tout de même à pousser. Ses épines durcissent, sa cuticule devient cireuse la coupure ancienne se cicatrise . Une mauvaise observation nous conduit à conclure qu'elle est broutée au stade piquant, alors qu'il n'en est rien !
Je viens d'observer, ces jours derniers, un cerf en train de brouter un houx. Il met en pratique ce que les cueilleurs de thé appellent la cueillette impériale. Seules les premières feuilles et le bourgeon sont broutés !


mon affût terminé je trouve les traces de la taille faite quelques heures auparavant



Il est possible de retrouver des coupes plus anciennes.






Si les cerfs et les chevreuils apprécient les jeunes feuilles de houx . . .






ils ne dédaignent pas, les jeunes feuilles des autres arbres, les phytolaques, ou les fruits ici des pommes font partie de leur régime alimentaire.









Nous parlons du houx, voyons ce que wikipedia en dit

Le houx commun est un arbuste à croissance très lente, à port buissonneux, dont la taille adulte est généralement de quatre à six mètres. Certains pieds peuvent former de véritables arbres. Il existe en forêt de L'Isle-Adam (Val-d'Oise) un houx colonnaire de 18 m de haut. Le houx peut vivre jusqu'à 300 ans et au-delà. Son écorce est gris pâle et lisse.

Ses feuilles alternes, simples, ont un pétiole court et un limbe de 5 à 7 cm de long, coriace, de forme générale ovale, au bord ondulé et épineux, parfois lisse sur les individus âgés. D'un vert brillant foncé (luisant) à leur face supérieure, plus pâles sur leur face inférieure, elles sont munies d'épines acérées. Certaines variétés ont le feuillage panaché de blanc. Ces feuilles persistent généralement trois ans.

C'est une espèce dioïque (avec des individus mâles et femelles séparés), on peut néanmoins trouver des individus monoïques. Les fleurs blanches, de petite taille (6 mm de diamètre environ), tétramères (4 pétales, 4 sépales, 4 étamines et ovaire à 4 stigmates) sont groupées en petites cymes apparaissant à l'aisselle des feuilles vers mai-juin. Les pétales sont soudés à la base (fleurs gamopétales). Les étamines alternent avec les pétales et sont soudées à la base de la corolle. Les fleurs femelles portent des staminodes, sortes d'étamines stériles, l'ovaire supère est formé par la réunion de 4 carpelles soudés et porte une stigmate sessile à 4 lobes. Les fleurs mâles portent seulement des étamines. Les pieds femelles ont besoin d'au moins un pied mâle dans les environs pour fructifier.




A bientôt pour de nouvelles enquêtes

 

 




1 commentaire:

Nicolas Flory a dit…

Superbe reportage. Merci JP. Totalement d'accord avec votre analyse.

Découvrir Montreuil Bellay en Maine-et-Loire. 2017 035.

Montreuil-Bellay est une petit citée de caractère où les vieilles pierres vous raviront.     Voici un texte extrait du site de l&...