18 février 2013

Il y a crottes et crottes. 2013 023

Les gros mammifères de la forêt nous laissent parfois des témoignages bien visibles de leur passage.

Nous l'avons vu il y quelques temps le Chevreuil Capreolus capreolus abandonne des crottes baptisées "moquette".


 
Le mâle appelé brocard ;



et la femelle baptisée chevrette,



Le Cerf élaphe Cervus elaphus laisse sur le terrain des témoignages de son passage un peu plus gros que ceux du chevreuil Capreolus capreolus. Les crottes du cerf, de la biche, et du faon sont appelées "fumées".


Bon à savoir :  Il est impossible à l'heure actuelle de différencier les fumées du cerf de celles de la biche.



 Le mâle, le cerf ;



La femelle, la biche.



À la différence des crottes de certains animaux celles des cervidés présentent un aspect tout à fait différent en raison d'un changement d'alimentation.
Au printemps, la pousse de la végétation et le débourrage des feuilles entraînent un apport d'eau non négligeable dans l'alimentation des herbivores.
La conséquence de cet apport d'eau dans l'alimentation est visible sur l'aspect des fumées des cerfs, ou sur  la moquette des chevreuils. 
Ce changement d'aspect se traduit par des crottes plus molles, moins consistantes, et parfois agglomérées.





Le Sanglier Sus scrofa abandonne des crottes aux aspects fort différents,  avec toutefois une certaine constance.



Un sanglier, une laie.



Des crottes de Sanglier, à différentes époques de l'année.








À bientôt ami lecteur sur photonaturefontainebleau
pour
de nouvelles aventures .


Vous aimez
pour la richesse de ses contenus en rapport avec la nature.

Vous aimez
dépourvu de publicités intempestives.

Vous appréciez
 pour le sérieux de ses articles et leur rigueur scientifique.

Alors faites connaître


Retrouvez une foule d'articles de Jeanpoule
 sur son autre site

ICI