3 mars 2013

HLM à oiseaux c'est quoi ? 2013.027

La vie d'un pisteur des bois est  passionnante, la nature lui réserve toujours d'agréables découvertes.

Ce Châtaignier (Castanea sativa) est surprenant ne trouvez-vous pas ?
Son tronc est percé à différentes hauteurs de 6 trous pratiquement identiques. 





Le plus haut est situé à environ 5 mètres, le plus bas à hauteur d'homme. 




Ils ont tous le même diamètre, celui du bas est idéalement situé pour une observation rapprochée.


Ces trous sont l'œuvre du Pic épeiche (Dendrocopos major) .


Ci-dessus un représentant mâle de l'espèce reconnaissable, à la tache rouge, appelée calotte, située en arrière du crâne.
La femelle comme nous pouvons le voir ci-dessous, n'en porte pas.


Le Pic épeiche est connu pour creuser son nid dans le bois des arbres affaiblis, il passe également beaucoup de temps à creuser des chambres dans lesquelles il se repose la nuit (Paul Géroudet).

Nous pouvons imaginer le temps passé pour aménager pareille cavité et le temps consacré à l'évacuation des copeaux.
Un vrai travail de forçat !
 
Paul Géroudet nous dit concernant la construction :

 « 8 à 25 jours ; le mâle travaille beaucoup plus que la femelle, faisant alterner les séances de taille (15 à 20 mn) avec l'enlèvement des copeaux qui sont jetés en bas. 
Dimensions : diamètre de l'orifice 40 à 50 mm , de la chambre 150mm ; profondeur 220-310 mm ».

Je ne saurais dire si les chambres creusées par le pic lui servant de dortoir ont la même conformation que celles destinées à élever sa progéniture.

Voici un tronc comportant une cavité, appelée également loge, creusée par un Pic épeiche, impressionnant non ?


Le couloir d'accès circulaire débouche sur une cavité dont la profondeur est d'au moins trente centimètres !



Concernant notre HLM.
Nous remarquons que les trous sont tous percés en direction du sud sud/est sur ce châtaignier.
Concernant le nombre de trous.
Il arrive que la pourriture interne de l'arbre modifie de façon trop radicale la loge creusée par le pic et qu'il soit forcé de l'abandonner.
Si l'arbre est idéalement et stratégiquement situé ou s'il y a un manque d'arbres propices à l'installation d'une nouvelle loge, le pic y creusera une nouvelle cavité, un peu plus haut ou plus bas.
La loge après une longue période d'utilisation peut également devenir inhospitalière en raison de son comblement par les matériaux accumulés.

Remerciements à Boris pour son aide précieuse concernant la coupe de la loge du pic.

À bientôt ami lecteur pour de nouvelles découvertes.









N'oubliez pas que :

 Vous pouvez vous abonner en utilisant le formulaire situé en bas
 de la colonne de gauche

Et retrouvez une foule d'articles  sur mon autre site

ICI