7 septembre 2013

Coup de foudre à Frasne. 2013 093

Frasne est situé dans le Doubs à deux pas du Jura, dans la région Franche-Comté.

 La commune de Frasne possède une tourbière fortement marquée par l'exploitation de la tourbe.


Jusqu'en 1950 la tourbe a été exploitée pour les besoins de l'industrie ou simplement, pour des besoins familiaux. Les traces et vestiges de ces exploitations passées sont encore de nos jours visibles dans ce paysage si particulier.
Un prochain article de photonaturefontainebleau vous permettra de découvrir un peu plus ce milieu particulier.
Mais dès à présent, je peux vous confier que cette tourbière abrite une belle population de Pins à crochets (Pinus uncinata)



Au cours de la visite de cette tourbière  nous avons découvert ce témoignage particulièrement intéressant.

 
Cet arbre porte les "stigmates" du  violent orage de la nuit précédente.


Les morceaux d'écorce détachés, on le suppose avec violence, jonchent le sol dans un rayon de 6 ou 7 mètres.
Leur taille a de quoi impressionner !


Le plus surprenant de cette "affaire" tient dans la situation de l'arbre.


Il n'est pas isolé, et d'autres points, comme nous le voyons sur cette image offraient, le croit-on, de bien meilleures conditions pour attirer la foudre. (L'arbre foudroyé est indiqué par une flèche rouge, les flèches jaune indiquent une maison isolée et un relais de TV)
Les "spécialistes" s'accordent pour affirmer qu'il est, à l'heure actuelle, impossible de prévoir les lieux des impacts de foudre.
La foudre peut s'abattre sur un objet isolé au milieu d'une prairie, sur le sommet d'une montagne, dans une forêt, sur un arbre ne présentant pas de différence significative de taille par rapport à ses voisins, etc.

La foudre vue par le site de météo France.

 Un éclair est désigné sous le nom de foudre lorsqu'il atteint soit la surface terrestre, soit un aéronef. La foudre est universellement reconnue comme un phénomène dangereux, susceptible de provoquer la fusion de parties métalliques des conducteurs touchés (sa température atteint 30 000 °C ) ou bien l'éclatement ou la vaporisation de leurs éléments superficiels ; elle est la cause de nombreux courts-circuits, mais aussi d'incendies de forêt, de pertes en bétail, et les brûlures et commotions électriques dont elle frappe un être humain peuvent être mortelles.

    Quand la foudre frappe un aéronef, la structure de ce dernier joue le rôle d'une cage de Faraday (d'après le nom du chimiste et physicien anglais Michael Faraday [1791-1867]), c'est-à-dire dune enceinte soustrayant à l'influence électrostatique de l'éclair le volume qui lui est intérieur ; néanmoins, le champ électrique associé à la foudre, qui produit de très fortes intensités électriques (de l'ordre de 10 000 à 50 000 ampères), reste capable d'endommager l'appareillage électronique de l'aéronef, comme d'ailleurs celui d'installations au sol telles que les stations automatiques destinées aux observations et mesures météorologiques.

    La pose de dispositifs de protection — dont le plus connu est le paratonnerre — permet de remédier aux effets néfastes de la foudre dans les habitations et autres constructions ; mais l'apparition inopinée d'un orage , en randonnée à pied ou à voile par exemple, donne toute sa valeur à la connaissance de quelques règles élémentaires de comportement en cas de risque de foudroiement. D'un autre côté, l'enregistrement des lieux et des instants où tombe la foudre, tel que peuvent l'effectuer des instruments spécialisés disposés en un réseau de localisation des éclairs au sol, assure avec précision le suivi de la progression de foyers orageux et joue ainsi un rôle important dans la prévision immédiate


Source Météo france

Comment fonctionne ce phénomène électrique.

Source : Bibliothèque de Lyon.
Guichet du savoir.

La foudre est une très violente et très brève décharge électrique qui traverse l'espace atmosphérique normalement isolant depuis la masse du nuage d'orage jusqu'au sol.
Par bonds successifs, l'éclair pilote, sorte de boyau rempli d'électrons, descend en direction de la terre en suivant la plus forte intensité de charge. Quand il atteint les derniers décamètres qui le séparent de la Terre, une décharge (autre boyau similaire) partant d'un point du sol monte à sa rencontre. Lorsque la liaison s'établit entre les deux boyaux se produit ce qu'on appelle la décharge principale, un courant circulant du sol vers le ciel tantôt suivi de plusieurs post-décharges.
La température de l'air est très élevée, environ 30000 degrés (5 fois la température du soleil!) le long du trajet de l'éclair. (L'air traversé par l'éclair est "grillé"!).
On connaît aujourd'hui la puissance de la foudre: un courant de 30000 ampères correspondant à une tension de 100 millions de volts.
L'éclair peut abattre donc un arbre gigantesque, incendier un arbre et toute une forêt...[/i]
Les isolants naturels tels que le bois, la pierre, la maçonnerie comportent souvent des fissures où peut s'accumuler de l'humidité conductrice de l'électricité.
Sous l'effet du courant électrique, cette humidité est instantanément et violemment transformée en vapeur d'eau et réagit sous la forme d'une violente explosion pouvant entraîner la rupture ou la destruction de l'objet isolant comme un arbre un bloc de rochers...
C'est cet effet thermique qui explique également la destruction parfois totale des arbres par vaporisation brutale de la sève sous l'effet de la chaleur de l'arc électrique.



Réf : http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?t=21057

C'est donc sous l'effet du très fort courant électrique que la sève se vaporise brutalement provoquant son expulsion de l'arbre. Elle entraîne avec elle des morceaux de bois et d'écorce. Bien visibles sur ces clichés





Après un tel "choc" il semble évident que notre végétal aura beaucoup de mal à panser ses plaies, la mort le guette à plus ou moins brève échéance.



À bientôt amis lecteurs pour de nouvelles aventures.