16 octobre 2013

Éloge de l'arbre. 2013 111

L'amour de la forêt, des arbres, et des forêts primaires.


Francis Hallé
Né le 15 avril 1938 à Seine-Port (Seine-et-Marne), Francis Hallé est diplômé de la Sorbonne et de l’université d’Abidjan. Professeur de botanique à l’Université de Montpellier, il s’est spécialisé dans l’étude des arbres et des forêts tropicales humides. Parmi ses travaux, la série de missions scientifiques qu’il a dirigée de 1986 à 2003, baptisée Le Radeau des Cimes est remarquable. Grâce à une plateforme légère innovante installée au-dessus de la cime des arbres des forêts primaires, lui et son équipe ont pu observer de façon originale la forêt, les arbres d’en haut, au niveau de la canopée et découvrir ainsi une biodiversité végétale et animale extraordinaire encore inconnue, en Guyane, au Gabon, à Madagascar et au Panama. Régulièrement, il dénonce la déforestation, le saccage des forêts primaires, réserves exceptionnelles de vie sur Terre. Ces forêts qui ne constituent que 6% des terres émergées abritent au moins 75% de la biodiversité mondiale. (Extrait du site de France-Inter)




En 2003, vous aviez alerté sur la disparition des forêts primaires. Où en est-on aujourd'hui ?
C'est pire. En 2003, il leur restait dix ans avant de disparaître. Deux éléments se sont surajoutés depuis. Le développement économique de la Chine tout d'abord. Les Chinois ont un grand besoin de bois, et comme ils ont rasé leurs propres forêts depuis longtemps, ils vont chercher leurs ressources ailleurs : en Afrique, en Amérique du Sud, et surtout dans le Sud-Est asiatique - le Cambodge est soumis à une déforestation effrénée. Et puis il y a les agrocarburants. De nombreux pays n'hésitent plus à couper leur forêt, jugée insuffisamment productive, pour la remplacer par des cultures pour agrocarburants. Pourquoi ? Pour faire le plein dans nos bagnoles. C'est terrifiant. Si on n'a plus assez d'essence, il faut réduire notre consommation, et non pas piller les pays tropicaux, qui ont toujours été nos victimes. Tout cela, nous le savons bien. Mais nous, et surtout nos hommes politiques qui auraient le pouvoir d'agir, ne faisons rien.
(Extrait d'un article de Télérama)

La suite de cet article [ ici ]


Des émissions avec Francis Hallé à écouter sur France Inter
 

La canopée émission du  23 novembre 2012 
Nous descendons des arbres


À bientôt ami lecteur pour de nouvelles découvertes.