2 avril 2014

Le Martin-pêcheur n'est pas une poule ! 2014 027

Mon article sur les pelotes de réjection du Martin-pêcheur  a suscité un courriel intéressant !



Un fidèle lecteur m'a transmis le lien d'un article, où il est question de Martins-pêcheurs adoptant des habitudes propres, entre autres, à nos "poulettes de grain".

Diable ! le Martin-pêcheur picorerait donc des cailloux pour faciliter la digestion des proies capturées.
Il semble que les oiseaux granivores adoptent cette habitude, dans le seul et unique but de "fracturer"  certaines graines à l'enveloppe coriace, le tégument.

Ce comportement est généralement adopté par des oiseaux, ayant un contact avec le sol, comme beaucoup de granivores.
La logique veut que ces cailloux soient soigneusement choisis pour :
-ne pas blesser l'oiseau ;
-jouer un rôle de meule efficace ;
-ne pas alourdir l'oiseau ;
-etc.
Il suffit de regarder des poules, pour s'en convaincre !
Je vois mal notre Martin-pêcheur se promener à terre pour effectuer cette opération. Il ne se pose pratiquement jamais à terre !
Admettons alors, qu'il choisisse des cailloux au fond d'un cours d'eau ...
Il lui faudrait plonger, se fixer ou se maintenir au fond du cours d'eau pour réaliser cette opération.
C'est à dire choisir des petits graviers à la bonne taille.
Tout à fait irréalisable, le Martin pêcheur n'est pas un Cincle plongeur, il ne marche pas sur le fond des cours d'eau.

Où ce journaliste a-t-il "pêché" ces renseignements pour réaliser son article ?

Bien décidé à ne pas rester sur un doute, je contacte la LPO qui me donne cette réponse.

Nous avons bien pris connaissance de votre message et vous remercions vivement de la confiance que vous accordez à la LPO.
 Sachez que ce comportement est connu chez différentes espèces d’oiseaux, notamment les granivores (pigeons, tourterelles turques…), qui avalent et gardent dans le gésier des petits cailloux appelés « gastrolithes ». Ceux-ci facilitent le broyage des graines. Concernant le martin-pêcheur, selon nos spécialistes, il serait possible qu’il ait recours à cette technique de prédigestion mais nous ne possédons aucune mention particulière à ce sujet. 


Ps : je ne suis pas certain, non plus que comme cité également dans cet article que le Martin-pêcheur possède un gésier !!

Au lecteur de juger !


Voici, bien que je ne sois pas trop "chaud" pour le communiquer, le lien vers ce scoop !





À bientôt  pour de nouvelles aventures naturelles.




Les traces et indices du Martin-pêcheur


N'oubliez pas que chaque minute passée sur photonaturefontainebleau est autant de moins à se demander quoi faire de son temps libre !