4 avril 2015

Le lierre. Une plante indésirable ? 2015 025



Concernant le Lierre et son prétendue inutilité.


Voilà ce que l'on peut lire sur la toile,(textes non modifiés)

- Un internaute pousse un cri d'alerte au sujet du lierre qui envahit tout.
«Voila une alerte bien alertante. Je ne crois pas que ce soit si grave. Cependant, je constate aussi depuis trois ans env. que le lierre est bien envahissant, il s'en est semé au beau milieu des touffes, par exemple d'hortensias ou de fuchsias, où il est bien difficile à éliminer. J'avais laissé un post à ce sujet il y a peu, et j'ai commencé à le traiter. Ce phénomène est nouveau.
Sur les arbres, il est facile de l'enlever. Il suffit de couper, sans plus, la tige du lierre au dessus du sol. Ne serait-ce pas plutôt un manque d'entretien qui fait que l'on voit de moins en moins d'arbres correctement menés, taillés, ou débarassés du lierre qui n'a rien à y faire. Les arbres méritent bien une visite l'an.
2-si chacun y mettait 1 peu du sien !! ne faut il pas organiser une journée national sur la bataille du lierre ou autre plantes qui envahissent et qui je suppose étouffe les arbres!!? une journée comme le ramassage des papiers dans les communes ? A VOUS LES ORGANISATIONS!!!!!!!!
3-je pense tout simplement qu'il faut entretenir jardins, plantes et arbres: j'ai (ou plutôt car il n'y a plus personne dans la maison depuis 1 an!) une adorable voisine qui ADORAIT le lierre: il y en avait partout! Au début je coupais ce qui arrivait chez moi, après , j'ai tiré ; et l'été dernier j'ai fini par mettre du rondup car pendant les vacances, il avait gagné du terrain et les lianes arrivaient au milieu de mon jardin!Mais c'est dommage d'en arriver là! Que faire car effectivement, il envahit tout, il grimpe le long des clôtures, des grosses potiches ; il fleurit et ses gros fruits refont des graines ETC.. .un peu ras-le-bol du lierre!
Bonne journée ensoleillée
Mymy»


- Autre citation du web :
"cette liane bien connue peut étouffer les arbres si ses tiges parviennent jusqu'à la ramure. On lui prête aussi la réputation d'endommager les murs de pierre et les toitures

- Et ce que j'ai entendu ce dimanche au cours d'une sortie en forêt.
«ça ? et ben c'est du lierre, ça bouffe tout c'est un vraie vach...»

Quel âge avait ce brave homme ? une soixantaine d'années tout au plus. 

Ces jardiniers amateurs et cet homme, connaissent peu de choses de Dame nature. Sont-ils différents des bûcherons, incultes, agissant en forêt de Fontainebleau ? (et ailleurs)
Regardons ces photographies prises en forêt domaniale.
Ici un tronc de lierre sectionné à la tronçonneuse



Un peu plus loin, même constat. 
Les idées reçues ont la vie dure chez les bûcherons, les élagueurs, les forestiers privés et les forestiers de l'ONF.
Nous pouvons affirmer que la situation des lierres en forêt domaniale de Fontainebleau est catastrophique.

Pourtant ce ne sont pas les statuts de protection qui manque en forêt domaniale de Fontainebleau.
Le lierre, et les fourmis des bois font partie des oubliés de la préservation !






Pourquoi ces agissements d'un autre âge ?
Le lierre souffre d'une mauvaise réputation chez bon nombre de personnes. C'est injustifié !
- il fait mourir les arbres ;
- il mange la sève des arbres ;
- il étouffe les pauvres arbres ;
- etc.
Le lierre a toujours existé, et il était présent avant que ce nuisible ne pointe le bout de son nez sur terre, je parle de l'Homme.
Bien entendu si on regarde un arbre couvert de lierre (presque couvert), il est légitime de se demander comment il "survit" !






Voyons les arguments fallacieux des anti-lierre.

- Le lierre représente pour l'arbre une surcharge.
C'est vrai ! mais l'arbre saura compenser cette surcharge en régulant sa pousse.
C'est le cas  lorsqu'il se trouve déstabilisé par un mouvement du sol, un coup de vent brisant une branche maîtresse, ou le déracinant partiellement, un changement d'éclairement.
Ce phénomène de compensation pourra être aisément constaté lors de la coupe de l'arbre, les cernes de croissance témoigneront du lent travail d'équilibre des forces.

- Le lierre envahit l'arbre.
Non, le lierre n'a pas, comme l'arbre, besoin de beaucoup de lumière, il se contentera de ce que laisse l'arbre, et jamais il n'envahira le houppier ni l'extrémité des branches garnies de feuilles.
L'hiver est la saison idéale pour contrôler mes dires, allez en forêt et regardez où s'arrête la progression des feuilles du lierre.





- Le lierre étouffe l'arbre en l'étranglant et en l'empêchant de grossir.
Quelques photos sans commentaire.








- Le lierre "pompe" la sève de l'arbre.
Le lierre ne "pompe" pas la sève de l'arbre, il suffit de le regarder pour constater que le lierre se débrouille très bien sans l'arbre
Il puise sa "nourriture" à l'aide de ses racines dans le sol tout simplement.
Ce qui peut tromper un public non observateur, ce sont les fines tigelles pouvant être confondues avec des "suçoirs".








Ce sont des racines transformées.
À différents stades de sa vie, les branches du lierre ont plus ou moins de fils accrocheurs, en fait, des poils ventouses.
En poussant, le lierre développe des poils ventouses ayant cet aspect.


  Jeunes poils ventouses

Ne trouvant pas de support pour s'accrocher, ils sèchent et meurent .


Vieux poils ventouses

Une fois accrochés au support la taille de ces "poils" augmente, offrant un solide appui à la plante qui continue sa progression vers la lumière
Une observation rapprochée permet de constater que les "poils ventouse" ne pénètrent pas sous l'écorce mais restent bien sagement en surface.




Ce qui est véridique :
- le lierre offre une assurance supplémentaire à l'arbre contre le feu, un feu courant embrasera le lierre sans que l'écorce soit touchée
- le lierre offre une protection contre le gel, qui parfois fend l'écorce et le bois.
- le lierre protège l'arbre contre les coups de chaleur excessifs.
- le lierre offre gîte et couvert à de nombreux animaux, qui peuvent lutter contre certains organismes nuisibles à l'arbre.
Ci-dessous quelques habitants parmi tous ceux qui trouvent refuge dans le lierre.






Voir également ce lien

 Nichoir caché dans le lierre au jardin

De septembre à novembre, dans certains cas, fleurs et nectar sont à la disposition des insectes lorsque tous les autres ont plié bagage.








En hiver les  fruits ont ont été consommés, ceux du lierre arrivent à point nommés 









Les graines du lierre se rencontrent fréquemment dans les crottes, ou les fientes abandonnées par les animaux.


Le lierre "protège" l'arbre des écorçages provoqués par les cervidés (dans une forêt surpeuplée de cervidés, ce qui n'est pas le cas de Fontainebleau)

- le lierre fait "revivre" les arbres morts en les couvrant de verdure.



Un phénomène intéressant :
L'énigme du lierre qui se jette sur les arbres.


L'arbre supportant le lierre a depuis longtemps disparu, le lierre s'est "adapté" il a choisi  l'arbre voisin, et a continué sa vie "pépère".

Lors des sorties réalisées avec des enfants, leur réaction immédiate est de dire que le lierre a sauté sur l'arbre pour pousser !


- le lierre est le principal compagnon de l'arbre.
- Il lui sert de support pour s'élever et atteindre la la lumière.
 C'est là qu'il pourra fructifier. Sans un éclairage suffisant le lierre ne produit ni fleurs, ni fruits.
Le seul et unique but du lierre, fructifier.
Il rampe, se déplace, couvre, recouvre tout ou presque ! jusqu'à trouver le support qui le guidera vers la lumière. Dans cette quête de supports il se fait de nombreux ennemis (voir mon entrée en matière).

- le lierre est source d'étonnement, il suffit pour s'en convaincre de regarder ses feuilles. Quelle variété dans les formes !





À par le Murier blanc voir mon billet, il y a peu de plante pour offrir un si large éventail de formes.
Faites comme moi, signez la trêve, pour que vive le lierre, et la nature.
J'aborderai dans un futur article le lierre au jardin.

Le lierre au jardin, un savant mélange de laisser faire, et de contrôle !

2015 11 24 mise à jour

Voici des documents très intéressants sur les "fausses parasites" vous noterez la date de parution de cet ouvrage !
merci à Nicolas D pour sa participation.



















Á bientôt sur photonaturefontainebleau