13 août 2015

L'escargot et la Grive musicienne. Forêt de Fontainebleau 2015 068

La forge de la Grive musicienne.


En Europe, la Grive musicienne Turdus philomelos semble être le seul oiseau de son espèce à se nourrir d'escargots après les avoir "fracturés" sur une "enclume"
C'est souvent une grosse pierre, ou un rocher qui remplissent le rôle d'enclume, mais, nous allons le voir ce n'est pas une règle.

 

La grive sait où trouver les escargots ! Ces gastéropodes ont, en effet, la curieuse habitude de monter aux arbres [consulter article à ce sujet ici]. C'est sur l'écorce, dans les cavités, ou dans  les fentes qu'elle les capturera pour les transporter jusqu'à la pierre faisant office d'enclume.



Faut-il considérer la Grive musicienne comme un animal utilisant un outil ? [lien vers article concernant ce sujet ici]
Il est certain que sans le recours à cet objet pouvant supporter ses coups de bec elle aurait beaucoup de mal à extraire de sa retraite calcaire les pauvres bestioles !

J'ai eu l'occasion de rencontrer en bord de Seine des amas de petits coquillages qui n'ont rien à voir avec notre amie la grive. Qui pourraient être des Pisidium amnicum ou Corbicule asiatiques introduits



C'est forêt de Fontainebleau aux abords d'une mare que j'ai découvert cette enclume pour le moins originale.
Les rochers, ou pierres manquant probablement à cet endroit, notre oiseau s'est servi d'une bouteille abandonnée par un bûcheron, ou un promeneur indélicat. Recyclage, recyclage !
Une enclume tout à fait originale !



Les coquilles, vidées de leur occupant, jonchent le sol autour de la bouteille.




Avant de désigner la Grive musicienne comme étant l'auteur de ces indices il convient d'observer attentivement la façon dont sont fracturées les coquilles. La Grive n'est pas la seule habitante de nos forêts à consommer des escargots.

le Mulot sylvestre est lui aussi un amateur de gastéropodes.



Il faut dire qu'il possède des incisives redoutables capables d'attaquer sans la moindre difficulté la coquille des escargots.


La technique du Mulot sylvestre est plus sophistiquée que celle de la Grive musicienne qui fait un peu "n'importe quoi" pour extraire l'escargot.
Le Mulot semble avoir mis au point une technique particulière.
Il transporte la "victime" dans son repaire, ou dans un endroit abrité des vues, puis fracture la coquille d'une façon bien différente de la grive.

Le Mulot sylvestre







La Grive musicienne.

 


C'est toujours le même schéma d'ouverture suivi par le Mulot sylvestre.
Toute les coquilles observées ont été fracturées par le sommet de la coquille.




L'histoire ne dit pas  s'il monte aux arbres pour "cueillir" les escargots !

Cet article est complété par un album photographique que vous pourrez visionner si vous êtes abonné.

À tout moment vous pouvez souscrire un abonnement privilège à photonaturefontainebleau.